Pierre Chanal

b2ux

Banned
Pierre Chanal

Classification: Serial killer
Characteristics: Rape
Number of victims: 3 - 8
Date of murders: 1980 - 1987
Date of arrest: August 9, 1988
Date of birth: November 18, 1946
Victims profile: Patrick Dubois, 19 / Serge Havet, 20 / Manuel Carvalho, 19 / Pascal Sergent, 19 / Olivier Donner, 20 / Patrice Denis, 20 / Patrick Gache, 18 / Trevor O'Keefe, 20
Method of murder: Ligature strangulation
Location: Marne department, France
Status: Committed suicide in prison by severing an artery with a razor blade on October 14, 2003

Pierre Chanal (Saint-Étienne, Loire, 18 November 1946 – Reims, 15 October 2003) was a French soldier and suspected serial killer. He was convicted of the rape and kidnapping of a young Hungarian man (Falvay, Balázs) whom he picked up hitch-hiking in 1988. He received a 10-year sentence for the attack, and was released in 1995 on probation.

He was accused of murdering three of eight young men who disappeared in northeastern France between 1980 and 1987. One of his alleged victims was Irishman Trevor O'Keeffe. Chanal committed suicide in prison in 2003 while on trial.

Pierre Chanal

A French commando-trained army veteran and fitness fanatic suspected of being a sadistic serial killer may never face trial because interminable delays in the case.

The investigators say what Pierre Chanal, 52 -- described by comrades as "an archetypal warrior and man of steel" -- killed 8 young womenin the 80s. The 8 victims vanished in or near an area in the Marne region, north-east of Paris, known as the "triangle of death". Seven of the bodies have never been found. Most of the men were army conscripts from the Mourmelon camp where Chanal served. Taciturn military authorities assumed the men were deserters and dismissed any talks of a serial killer in their ranks.

Chanal became a career soldier as soon as he was old enough to enlist, escaping from a desperately poor family of 16 children and a violent, alcoholic father. A born leader, he rose steadily through the ranks to become the senior warrant officer in the illustrious 4th Dragoons regiment, where his toughness and dedication to duty earned him high praise. A typical man's man, Chanal volunteered for service with the French military contingent deployed in Beirut at the height of Lebanon's bloody civil war.

Discribed as a "block of marble" by an investigating officer, Chanal's weakness fro raping and torturing young men was uncovered in 1988 when a police patrol -- investigating the sight of a Volkswagen camper van on an isolated country road -- found him assaulting the terrified Hungarian hitchhikker he picked up near the Mourmelon camp who he had trussed up in a parachute harness while a video camera recorded the assault.

In true military fashion Chanal provided only his name, rank and service number to the arresting officers. In his cell, he would rise at dawn every morning for a frenetic bout of exercises, then spend hours in silence, staring intently at the walls. "He acted like he was a prisoner of war," said one police officer.

The murder investigation began when a pair of men's underpants labelled "Made in Britain" were discovered in Chanal's van. Police believed that they had belonged to Trevor O'Keefe, a 20-year-old Irishman who vanished two years earlier during a walking tour that took him through the Marne region. His naked body was eventually found dumped in a wood. He had been savagely beaten, then strangled with a cord knotted in a fashion taught in the French commando forces.

Police discovered that Chanal had purchased his video camera only a few days before the first of the disappearances happened eight years earlier. Police also established that nobody had been reported missing in the region while Chanal was in Lebanon. The attack on the Hungarian - which investigators said they feared would have ended in murder had the assault not been interrupted - took place after Chanal had been transferred to a new post but while he was still returning frequently to the area to jump with a local parachute club.

He was formally placed under investigation in connection with the disappearances while he was in prison for raping and torturing the hitchhikker. With time off for good behaviour Chanal was due for release in 1994, but was kept in detention after the O'Keefe case was added to his dossier. He was released from jail in June 1995, to live at a sister's home near Lyons under strict judicial control.

A year later, fresh forensic-science tests on the camper van discovered traces of human hairs, and subsequent DNA analysis indicated the strong probability that they came from the last two of the conscripts to disappear. By then, investigators had turned to psychiatrists to find cracks in Chanal's steely resolve. With the help of the FBI's behavioural science unit, they arrived at the conclusion that they were dealing with a truly chilling personality. The reports described Chanal as "both obsessive and sadistic - characterised by aberrant sexual conduct which leads him to seek pleasure by inflicting humiliation and suffering on others". Nevertheless, with scant genetic evidence and a psychological profile police will be hard-pressed to make a case against this warring serial killer.

Pierre Chanal : The Military Superman


May 20, 2009

This case echoes that of Private Edward Leonski, the "Brownout Murderer", although here the victims were male instead of female. One major point of similarity between Chanal and Leonski, however, is that both of these killers were soldiers at the time they perpetrated their crimes.

Career soldier and commanding officer Pierre Chanal was stationed in his native France, though, while Leonski, an American, terrorized Melbourne, Australia. They also operated in different eras as Chanal's killing spree occurred during the years 1980 through 1988 while Leonski was active during World War II. But perhaps it was the fact that they were both in uniform and in positions of authority that deluded them into thinking that they could do anything they wanted to.

Chanal's bloody escapades created the so-called Triangle of Death in the Ardennes region close to Mourmelon, the French military base at which he was stationed as an adjutant during the years he abducted, raped and murdered his victims. Similar to the Bermuda Triangle in which people would disappear without trace, young men would enter the Triangle of Death and, in at least eight cases, they were never seen again.

Chanal's modus operandi was to lure young men to take a ride with him in his VW Combi Van and then to overpower them, sodomize them and strangle them. He also enjoyed video taping his victims in the throws of their agony. Chanel's plans went awry in 1988, however, when he was stopped at a routine checkpoint near Macon and the bound and tortured Hungarian hitchhiker Palazs Falvay was discovered in the back of the van.

Chanal was tried and convicted for the kidnapping and rape of Falvay and received a ten year jail sentence. He was released on probation during 1995, but, as the police had since linked him to the string of disappearances that had taken place in Mourmelon almost a decade earlier, he was then accused of the murder of Irishman Trevor O'Keefe and two young Frenchmen. During the investigation the local police found the military superman a hard nut to crack and commissioned the FBI's Behavioral Science Unit to analyze their suspect. The FBI's findings were that Chanel was "both obsessive and sadistic" and "characterized by aberrant sexual conduct which leads him to seek pleasure by inflicting humiliation and suffering on others", in other words, exactly the kind of person the police was looking for.

Justice was never to be served, however, as sometime in the night following the first day of his trial, which commenced in 2003, Chanal committed suicide in prison by severing an artery with a razor blade. It is interesting to note the length of time it took before Chanal was finally put on trial for the three murders - about eight years - and some say that the delay was due to the police and the military trying to protect one of its own. Whatever the reason, on January 26th 2005, in a surprise move and setting a somewhat dangerous precedent as Chanal was charged with only three murders, the Court of Bankruptcy of Paris awarded 36,000 Euros to each of the eight families as compensation for the loss of their loved ones.

The money was, no doubt, appreciated but everyone knew that it could never bring the boys back.

O'Keefe accused man is found dead

15 October 2003

A former French soldier suspected of killing three young men in the 1980s committed suicide in hospital early today.

The 56-year-old former commando was on trial for the murder of Irish hitch-hiker Trevor O'Keefe, who was found battered and strangled in a shallow grave in August 1987.

Police say Mr Chanal appears to have used a razor blade to sever an artery in his leg, despite being under round-the-clock guard. The accused man, who tried to kill himself earlier this year, had been on hunger strike since July.

Mr Chanal was accused of murdering three of eight young men who disappeared between 1980 and 1987 during a crime spree that terrified a small corner of northeastern France.

His trial was postponed after he tried to kill himself in May.

Seven of the men were army conscripts based in camps where he served at the time, and almost all vanished in a section of the Marne region, northeast of Paris, between three military garrisons, which became known as 'the triangle of death'.

Mr Chanal, who denied the murder charges, had already served a jail sentence for the rape and kidnapping of a young Hungarian man he picked up hitch-hiking in 1988. He received a ten year sentence for the attack, and was released in 1995 on probation.

Suicide of serial murder suspect

15 October, 2003

A French army veteran accused of murdering three young men in the 1980s has killed himself hours after the start of his trial.

Pierre Chanal, 57, slashed the main artery in his left leg with a razorblade.

Mr Chanal had been on hunger strike to protest his innocence and refused to attend the trial in the northern city of Reims. He killed himself in the hospital where he was being treated.

He was originally suspected in the murders of eight men who disappeared in the north-eastern Marne region between 1980 and 1987, seven of them army conscripts.

The three murder charges came after advances in DNA technology allowed hairs found in Mr Chanal's van in 1988 to be linked to three of the missing men.

Mr Chanal, who denied the allegations, had already served 10 years in prison after being caught assaulting a young Hungarian man in his camper van in 1988.

Warning

The trial opened on Tuesday, with Mr Chanal accused of killing conscripts Patrice Denis and Patrick Gache, as well as Irish hitch-hiker Trevor O'Keefe.

The conscripts disappeared from Mourmelon army camp in 1985 and 1987 respectively, while O'Keefe was found strangled in a shallow grave, also in 1987.

But Mr Chanal had said he would not be judged for something he had not done. His lawyer said he was also too weak after three months on hunger strike to attend.

Mr Chanal had warned some time ago that he would rather kill himself than face life imprisonment.

Police are investigating how he managed to obtain the razorblade, despite the presence of two guards outside his room and regular checks by hospital staff.

Feigned sleep

Justice Minister Dominique Perben said his room had been carefully searched on Tuesday evening and someone could have deliberately passed it to him.

"The razorblade didn't arrive mysteriously," he told French radio. "Either there was an oversight or the razorblade was slipped in by someone in the last hours before his death."

He added that Mr Chanal had pretended to be asleep, even after having cut open his artery.

The families of all the victims, who had gathered at Reims in the hoping of finding out the truth, were devastated by what had happened.

"There'll be no justice for our son and that's my biggest regret," said Roger Denis, father of Patrice.

But Mr Chanal's sister Simone said her brother had been the victim of the justice system, which had driven him to his death.





Pierre Chanal




Pierre Chanal



Pierre Chanal



Pierre Chanal



Pierre Chanal



Pierre Chanal



Pierre Chanal



Pierre Chanal



Pierre Chanal



Pierre Chanal



Pierre Chanal



Pierre Chanal



Pierre Chanal



Pierre Chanal



Evidence





 
OP
b2ux

b2ux

Banned
Historique-résumé de l'affaire

4 janvier 1980:

Patrick Dubois, affecté au 4e régiment de chars de combat à Mourmelon, disparaît. Une procédure en désertion est ouverte.
20 février 1981:

Disparition de Serge Havet, affecté au 3e régiment d'artillerie à Mailly, alors qu'il se rendait en permission dans sa famille.
7 août 1981:

Manuel Carvalho, affecté au 4e régiment de Dragons à Mourmelon, s'en va en week-end et disparaît.
20 août 1981:

Pascal Sergent, affecté au 503e régiment de chars de combat à Mourmelon, part en permission et ne revient jamais.
30 septembre 1982:

Olivier Donner, affecté au 503e régiment de chars de combat de Mourmelon, disparaît.
31 octobre 1982:

Découverte du cadavre d'Olivier Donner, ce qui entraînera l'ouverture d'une information judiciaire à Troyes. On commence à évoquer l'existence d'un tueur en série dans la région.
2 août 1984:

A défaut d'autres disparitions, les dossiers Dubois, Havet, Sergent et Donner sont clôturés.
23 août 1985:

Patrice Denis, un civil qui se rendait au camp de Mourmelon, disparaît.
27 août 1985:

Ouverture d'une information judiciaire pour "séquestration" de Patrice Denis auprès d'un juge de Châlons-en-Champagne.
août 1986:

Pierre Chanal est muté à Fontainebleau. Il continue à se rendre régulièrement au para-club de Mourmelon
30 avril 1987:

Patrick Gache, affecté au 4e régiment de Dragons de Mourmelon, quitte le camp pour ne plus jamais y revenir.
8 août 1987: Découverte du cadavre de Trevor O'Keeffe, auto-stoppeur irlandais, à Alaincourt dans l'Aisne.
13 août 1987:

Ouverture d'une information judiciaire dans l'affaire O'Keefe à Saint-Quentin.
9 août 1988:

Arrestation près de Mâcon de Pierre Chanal qui séquestrait un auto-stoppeur hongrois, Palazs Falvay, dans son combi Volkswagen. Le jeune homme dit avoir subi des sévices sexuels.
11 août 1988: Pierre Chanal est mis en examen et écroué dans ce dossier.
23 octobre 1990:

La cour d'assises de Saône-et-Loire condamne Pierre Chanal à dix ans de réclusion criminelle pour viols, attentats à la pudeur et séquestration du jeune Hongrois.
7 février 1992:

Ordonnance de jonction des dossiers Dubois, Havet, Carvalho, Sergent, Denis et Gache qui présentent des similitudes.
30 juin 1993:

Un juge d'instruction de Châlons-en-Champagne procède à la mise en examen de Pierre Chanal pour séquestrations et assassinats dans les dossiers Dubois, Havet, Carvalho, Sergent, Denis et Gache avec mise en détention provisoire.

13 septembre 1994:

Le juge de Troyes se dessaisit de l'enquête sur la mort d'Olivier Donner au profit de son collègue de Châlons-en-Champagne.
28 novembre 1994:

Mise en examen de Pierre Chanal pour le meurtre de Trevor O'Keefe. Le juge de Saint-Quentin se dessaisira ensuite au profit de son collègue de Châlons-en-Champagne.
16 juin 1995: Libération de Pierre Chanal.
10 août 2001:

Le magistrat instructeur ordonne le renvoi de Pierre Chanal devant la cour d'assises de la Marne pour les séquestrations et les assassinats de Patrice Denis, Patrick Gache et Trevor O'Keefe. Il lui accorde un non-lieu dans les dossiers de Patrick Dubois, Serge Havet, Manuel Carvalho, Pascal Sergent et Olivier Donner.
juin 2002:

Eroline O'Keeffe, la mère de l'auto-stoppeur irlandais étranglé, assigne l'Etat en justice pour les manquements et erreurs de l'enquête.
5 juillet 2002:

La cour d'appel de Reims renvoie Pierre Chanal devant les assises pour "séquestration et meurtre avec préméditation" de trois des disparus.
12 mai 2003: Pierre Chanal tente de mettre fin à ses jours, à la veille de l'ouverture de son procès à Reims.
13 mai 2003:

Ouverture du procès en l'absence de l'accusé. La cour lui donne une semaine pour comparaître et le place en détention.
19 mai 2003: En raison de l'état de santé de l'accusé, le procès est reporté au mois d'octobre.
11 juin 2003: Pierre Chanal est placé d'office à l'hôpital psychiatrique de Villejuif (Val-de-Marne) qu'il quittera fin juin.
5 juillet 2003:

Pierre Chanal entame une grève de la faim à la maison d'arrêt de Fresnes.
14 octobre 2003: Deuxième ouverture du procès devant la cour d'assises de la Marne à Reims.
15 octobre 2003: Suicide de Pierre Chanal.
16 octobre 2003:

Premier courrier envoyé à Monsieur Dominique PERBEN, Ministre de la Justice, pour demander une enquête sur l'ensemble de l'instruction de l'affaire.
Sans réponse à ce jour...

31 mars 2004:

Madame Nicole GUEDJ est nommée Secrétaire d'Etat aux droits des victimes.
Question : a-t-elle en charge les victimes de la justice ?
24 mars 2004:

Les avocats des familles des sept disparus militaires se joignent à la plainte de Mme O'Keeffe contre l'Etat, suivis le lendemain par les parents de deux jeunes hommes disparus en 1975 et 1977 du camp militaire de Valdahon (Doubs), où Pierre Chanal était instructeur.

1er décembre 2004:

Le tribunal de grande instance (TGI) de Paris examine la demande d'indemnisation déposée par la famille O'Keeffe et étudie la jonction des plaintes des autres familles.
26 janvier 2005:

l'Etat français est condamné pour faute lourde dans l'affaire des disparus de Mourmelon ! Les attendus sont très sévères. L'Etat est condamné par le Tribunal de Grande Instance de Paris à indemniser les 36 membres des familles des disparus à hauteur de 25.000 euros chacun. Pas de réaction du ministre de la justice Dominique Perben qui n'avait pourtant vu aucune anomalie...

Synthèse des disparitions



Situation au moment de la disparition :
Patrick
DUBOIS Serge
HAVET Manuel
CARVALHO Pascal
SERGENT Olivier
DONNER Patrice
DENIS Patrick
GACHE Trevor
O'KEEFFE
Statut : Appelé du contingent Appelé du contingent Appelé du contingent Appelé du contingent Appelé du contingent Civil Appelé du contingent Civil
Date
d'incorpo-
ration : 1er décembre
1979 3 janvier
1980 2 juin 1981 3 juin 1981 2 février 1982 - 3 octobre 1986 -
Affectation : 4ème régiment de dragons 3ème régiment d'artillerie 4ème régiment de dragons 503ème regiment de chars de combat 4ème régiment de dragons - 4ème régiment de dragons -
Temps
passé
à l'armée : 1 mois 8 mois 2 mois 2 mois 9 mois - 7 mois -



Circonstances de la disparition :
Patrick
DUBOIS Serge
HAVET Manuel
CARVALHO Pascal
SERGENT Olivier
DONNER Patrice
DENIS Patrick
GACHE Trevor
O'KEEFFE
Date de
disparition : 4 janvier
1980 20 février
1981 7 août
1981 20 août
1981 1er octobre
1982 23 août
1985 30 avril
1987 3 août
1987
Jour de
disparition : Vendredi Vendredi Vendredi Vendredi Vendredi Vendredi Jeudi,
veille du 1er mai -
Dernière localisation connue : - RN77 - RN77 RN77 RN44 - RN44
Dernier
horaire : 19h30 - - 17h - 18h45 18h 14h
Situation
au moment
des faits : Permission Permission Permission Permission Permission Rendez-vous annuel de clubs scientifiques Permission Direction Calais
Moyen de transport : Autostop Autostop Autostop Autostop Autostop Autostop Autostop Autostop
Retrouvé ? Non Non Non Non 31 octobre 1982, fossé RN77 Non Non 8 août 1987
Bordure RN 44, forêt d'alaincourt (02), recouvert de 20 cm de terre glaise




Patrick DUBOIS

(disparu le 4/01/1980)


Le samedi 5 janvier 1980, les militaires du 4ème Régiment de Dragons de Mourmelon Le grand avaient constaté l'absence, lors du rapport, de Patrick DUBOIS, jeune appelé de cette unité qui avait bénéficié d'un quartier libre la veille au soir.

Une procédure de désertion avait alors été ouverte à son encontre pour uniquement donner lieu à quelques recherches, infructueuses et rapidement abandonnées par les gendarmes de Valenciennes, à son domicile de Trith Saint-Léger (59) où ses parents étaient sans nouvelles de lui.

Chargés d'enquêter sur cette disparition, alors qu'elle était survenue approximativement quatre/années auparavant, les gendarmes de la Section de Recherches de Reims ne pouvaient obtenir de renseignements sur ses circonstances d'autant que Patrick DUBOIS, qui n'avait passé qu'un mois sous les drapeaux, n'avait guère laissé de souvenir chez les militaires engagés et appelés. Le seul élément important essortait d'un courrier que le jeune homme avait adressé à ses parents, le soir de sa disparition, et aux termes duquel il leur indiquait qu'il avait accepté d'accompagner un autre appelé au cinéma à 20 heures.

Le lendemain matin, Patrick DUBOIS était absent au rassemblement et plus personne n'a jamais eu de nouvelles de lui. Patrick DUBOIS, né le 16 juin 1960, avait néanmoins obtenu un C.A.P. de mécanicien tourneur ainsi qu'un C.A.P. de soudeur. Faute de pouvoir être engagé dans la gendarmerie nationale, il avait été embauché comme manœuvre et magasinier jusqu'à son incorporation, le 4 décembre 1979, au 4ème Régiment de Dragons où il espérait passer ses permis de conduire.

Il venait d'être affecté à l'Escadron de Commandement et de Services après avoir accompli ses classes. D'un caractère timide et réservé, il n'avait, pour ainsi dire, jamais quitté le domicile familial et son seul véritable ami était l'un de ses cousins. Son attachement à ses parents, avec lesquels il venait de passer les fêtes de Noël, était attesté par les nombreux courriers qu'il leur avait adressés durant ses classes.

Serge HAVET

(disparu le 2/02/1981)



Le dimanche 22 février 1981, à l'occasion du rapport, les militaires du 3ème Régiment d'Artillerie de Mailly-Le-Camp (10) constataient l'absence de Serge HAVET, appelé au sein de cette unité, qui était parti en permission, le vendredi après-midi précédent, 20 février 1981, en faisant de l'auto-stop, sur la route nationale 77, afin de rejoindre son domicile familial à Tinqueux (51).

Rapidement informés de cette situation, notamment par les autorités militaires, les services de gendarmerie contactaient ses proches pour apprendre qu'ils ne l'avaient pas vu et qu'il ne leur avait donné aucune nouvelle. Les quelques recherches lancées à la demande de sa famille ainsi qu'à la demande de l'armée, pour cause de désertion, s'avéraient infructueuses.

Serge HAVET, né le 9 décembre 1960, était manutentionnaire au chômage lors de son incorporation, le 3 juin 1980. Affecté à Mailly-Le-Camp, il ne lui restait plus que quelques semaines à passer sous les drapeaux.

Il pouvait quotidiennement se rendre à TINQUEUX chez ses parents ou chez sa compagne qui était enceinte de lui.
Il ne paraissait rencontrer aucun problème particulier dans son existence. Ses proches et ses amis, ne pouvaient qu'affirmer qu'il était inimaginable que sa disparition soit volontaire.



Manuel CARVALHO

(disparu le 7/08/1981)

Dans le cadre des recherches, menées sur commission rogatoire, pour déterminer les causes de la disparition de Patrice DENIS, les gendarmes de la Section de Recherches de REIMS organisaient des réunions de travail avec les services de la Sécurité Militaire afin d'effectuer des recherches sur les militaires appelés de la CHAMPAGNE qui étaient en état de désertion depuis une longue période.

C'est dans ce cadre, qu'au mois d'avril 1986, ils mettaient à jour une autre disparition, celle du nommé Manuel CARVALHO. En effet, ce jeune appelé du 4ème Régiment de Dragons de Mourmelon Le Grand n'avait pas rejoint son corps, à l'issue d'une permission valable le week-end des 8 et 9 août 1981 et qui avait pris effet le vendredi 7 août au soir.

L'Administration Militaire avait depuis longtemps cessé de le faire rechercher, pour cause de désertion, et ses proches, domiciliés dans le département du CHER, n'avaient plus jamais eu de nouvelles de lui.

Manuel CARVALHO, né le 28 janvier 1962, à Viana do Castela au Portugal était très vite entré dans la vie active pour travailler dans différentes usines de la région du Cher. Après avoir toujours vécu chez ses parents, il s'était, peu de temps avant son départ sous les drapeaux, quelque peu brouillé avec sa mère qu'il jugeait trop stricte dans ses principes d'éducation et il était, depuis lors, hébergé par sa sœur, domiciliée dans la même localité de Mehun Sur Yevre.

Depuis 1979, il s'était lié avec une jeune femme qui résidait également dans le même village que lui et qui venait, en compagnie de son père, le chercher à la gare lors de ses permissions. En effet, c'est dans ces circonstances que, le 2 juin 1981, il avait rejoint le 4ème Régiment de Dragons de Mourmelon pour être, à l'issue de ses classes, affecté à l'Escadron de Commandement et de Services en qualité de mécanicien.

Pascal SERGENT

(disparu le 20/08/1981)




Le lundi 24 août 1981, les militaires du 503ème Régiment de Chars de Combat basé au camp de Mourmelon Le grand (51) constataient l'absence, lors du rapport, de Pascal SERGENT, militaire appelé au sein de cette unité qui était parti en permission de soixante-douze heures, pour rejoindre son domicile familial à Tagnon (08), le jeudi après-midi précédent, 20 août 1981, en faisant de l'auto-stop.

Le 29 août 1981, sa mère, sans la moindre nouvelle de lui, informait les gendarmes de Mourmelon Le grand de sa disparition. A sa demande, ainsi qu’à celle de son régiment d'affectation, quelques recherches étaient immédiatement entreprises mais elles ne donnaient aucun résultat probant.

Pascal SERGENT, né le 13 septembre 1961, avait suivi une formation de boulanger et il était au chômage lors de son incorporation, le 3 février 1981.

Il n'avait jamais manifesté le moindre sentiment antimilitariste et, tout au contraire, il souhaitait s'engager dans l'Armée.

Olivier DONNER

(disparu le 1/10/1982)



Le lundi 4 octobre 1982, les militaires du 4ème Régiment de Dragons basé à Mourmelon Le Grand constataient l'absence, lors du rapport, d'Olivier DONNER, jeune appelé de cette unité. A l'issue de son service, le jeudi 30 septembre 1982 dans l'après-midi, Olivier DONNER était parti en permission de soixante-douze heures pour rejoindre la région de TROYES en faisant de l'auto-stop.

Le 30 octobre 1982, alors que les policiers du Service Régional de Police Judiciaire de REIMS achevaient l'enquête, qui leur avait été précédemment confiée, sans avoir retrouvé Serge HAVET ainsi que Pascal SERGENT, ni élucidé les causes de leur disparition, et qu'une procédure de désertion venait d'être lancée à l'encontre d'Olivier DONNER, pour donner lieu à quelques contacts infructueux avec les membres de sa famille, le cadavre de ce dernier appelé était découvert par un chasseur.

Le 2 novembre 1982, une information judiciaire était ouverte, pour rechercher les causes de sa mort, auprès du juge d'instruction du Tribunal de Grande Instance de TROYES qui confiait l'enquête à la Compagnie de Gendarmerie de cette même localité. En effet, plusieurs indices permettaient de considérer qu'Olivier DONNER avait été victime d'un acte criminel perpétré, à une date rapprochée de son dernier départ de la caserne, par l'automobiliste qui l'avait pris en stop.

Son cadavre, dont la tête et le cou étaient réduits à l'état de squelette, était dissimulé, au sud de Mailly-Le-Camp, dans un bosquet bordant la route nationale 77 en direction de Troyes. Le décès remontait à plusieurs semaines et il portait les mêmes vêtements que le 30 octobre 1982, lors de son départ en permission. Aucune des affaires qu'il avait prises avec lui, et notamment ni son portefeuille ni son sac, n'avaient été retrouvés. L'autopsie de son cadavre ne permettait pas de découvrir des indices de crime ni des anomalies dans la région anale et elle ne mettait en évidence aucune anomalie organique pouvant expliquer la mort. En outre, les examens médicaux complémentaires, tant biologiques que toxicologiques et microscopiques, ne permettaient pas de déterminer les causes de la mort. Né le 11 juin 1962, Olivier DONNER était un jeune homme d'une grande timidité. Sans véritable ami connu, sans liaison féminine, sans ressources. Il avait débuté une formation professionnelle de peintre.

Depuis la fin de l'année 1981, il était hébergé par une de ses sœurs et, Marie-Odile DONNER à LA Chapelle Saint-Luc (10) où il avait déclaré être domicilié lors de son incorporation.

C'est dans ces circonstances qu'il avait rejoint, le 2 février 1982, le 4ème Régiment de Dragons de Mourmelon pour être affecté, à l'issue de ses classes, au service du casernement de l'Escadron de Commandement et de Services où il donnait satisfaction.


Patrice DENIS

(disparu le 23/08/1985)

Le vendredi 23 août 1985, Patrice DENIS était déposé par un collègue de travail à proximité de Chalons-en-Champagne, sur la route nationale 44, pour rejoindre, en auto-stop, le camp militaire de Mourmelon-Le-Grand. Il n'arrivait jamais à destination alors qu'il devait participer, sur ce site, à une campagne de lancement de fusées expérimentales organisée par l'Association Nationale Sciences Technique Jeunesses, dont il était membre.

Ses parents, qui n'avaient plus aucune nouvelle de lui, informaient le 27 août 1985 les gendarmes de la Compagnie de Chalons-en-Champagne. Ceux-ci ouvraient une enquête qui était poursuivie par leurs collègues de la Section de Recherches de REIMS après qu'une information judiciaire ait été ouverte, auprès du juge d'instruction de Chalons-en-Champagne, du chef de séquestration de Patrice DENIS.

Patrice DENIS, né le 3 mai 1965, vivait toujours avec ses parents à Enghein-Les-Bains et il effectuait, depuis le mois d'avril 1985, un stage professionnel à l'école des P.T.T. de Villecresnes (94). Pour toutes les personnes qui le connaissaient, il était inimaginable que Patrice DENIS ait disparu volontairement.

Plein d’optimisme quant à son avenir, il consacrait l'essentiel de ses loisirs à l'association, dont il était membre, et qui avait motivé son déplacement dans la Marne afin d'encadrer des jeunes gens venant de toute la France.

La disparition de Patrice DENIS, qui donnait probablement le jour à l'expression les « DISPARUS DE MOURMELON », avait un exceptionnel retentissement médiatique à l'échelle nationale car, comme pour Olivier DONNER, le lien était immédiatement établi entre son cas et celui des précédentes disparitions.Par ailleurs, en l’occurrence, l’hypothèse de la désertion ne pouvait plus être retenue puisque Patrice DENIS n'était pas un militaire appelé.

Patrick GACHE

(disparu le 30/04/1987)

Le lundi 4 mai 1987, les militaires du 4ème Régiment de Dragons de Mourmelon Le Grand constataient l'absence, lors du rassemblement, de Patrick GACHE.

Ce jeune appelé avait quitté cette unité l'après-midi du jeudi 30 avril 1987, dans le cadre d'une permission valable du 1er au 3 mai 1987 inclus, afin de rejoindre son domicile familial à Annonay (07).

Le 8 juillet de la même année, l'armée informait la SR de Reims de cette situation et ce service ouvrait une enquête préliminaire distincte sur cette septième disparition d'autant qu'il était rapidement mis en évidence que, le 30 avril 1987, Patrick GACHE avait quitté son régiment à pied pour rejoindre la gare de Mourmelon Le Petit et que plus personne n'avait eu de nouvelles de lui.

Patrick GACHE, né le 20 août 1968 et domicilié chez ses parents à Annonay était décrit comme un jeune homme réservé mais sympathique. Outre les membres de sa famille, son seul centre d'intérêt avéré était ses copains d’Annonay avec lesquels il aimait faire la fête.

Au chômage, après avoir suivi une formation de soudeur, Patrick GACHE avait devancé l'appel afin d'être incorporé, le 3 octobre 1986, au 4ème Régiment de Dragons pour être muté, à l'issue de ses classes, à la fanfare du régiment.

Trevor O'KEEFFE

(disparu le 3/08/1987)

Le 8 août 1987, le cadavre de Trevor O'KEEFFE, qui présentait des traces évidentes de strangulation à l'aide d'un lien, était découvert dans un bois de la commune d’Alaincourt (02). Le 13 août 1987, une information judiciaire contre X, pour meurtre, était ouverte au Tribunal de Grande Instance de Saint-Quentin.

Le juge d'instruction saisi du dossier confiait l'enquête aux gendarmes de la Compagnie de Saint-Quentin et de la Section de Recherches d'Amiens qui allaient travailler en étroite collaboration avec leurs collègues de Reims car il apparaissait que les crimes sur lesquels ils enquêtaient pouvaient avoir le même auteur.

En effet, il était rapidement établi que, le 03 août 1987, à l'issue d'un court séjour chez l'un de ses amis en France, ce jeune irlandais avait quitté Poligny, en faisant de l'auto-stop, pour rejoindre Calais via la route nationale 44 et la région de Chalons en Champagne où, par ailleurs, ses affaires avaient été retrouvées à proximité du Lac du Der.
 
Top